6 astuces pour manger bio sans payer plus cher

6 astuces pour manger bio sans payer plus cher

“La valeur du panier moyen dans les magasins bio spécialisés a augmenté de 48%, passant d’environ 40 à 59 € depuis la mi-mars” nous indique le cabinet Nielsen. Consommer bio, c’est bien, mais à quel prix ?

La crise du Covid-19 est un appel à construire un monde plus durable, relocaliser notre économie et respecter davantage notre environnement. En France, des dizaines de milliers de fermes proposent des modes d’agriculture qui expérimentent ce modèle avec succès. Avec l’agriculture biologique, l’agriculture en vente directe, le maraîchage diversifié ou la permaculture, ces paysans construisent les fondations du «monde d’après», prometteuses de lendemains résilients. Pour autant, en 2017, les produits bio des magasins spécialisés étaient en moyenne 128% plus chers que les produits premiers prix des grandes surfaces1! Cet écart de prix peut sembler énorme, et décourager l’achat de produits bio. Alors, est-il possible de manger bio sans payer plus cher ? Chez Cultures et Compagnies, c’est ce en quoi l’on croit – et aujourd’hui, on vous partage 6 astuces pour manger bio sans se ruiner.

6 astuces pour manger bio sans payer plus cher
Le bio, c’est bien, mais à quel prix ?

Préférez le houmous au steak tartare

Manger de la viande a un coût. En représentant 15% du budget alimentation des français2, il est de loin le poste de dépense le plus important de ces derniers. Mais comment consommer assez de protéines sans casser son porte-monnaie ? Réduisez votre consommation carnivore au profit des légumineuses et des céréales. En effet, quand la viande bio coûte entre 20 et 40€ le kilogramme3, les légumineuses en coûtent en moyenne 5€. Cerise sur le gâteau : quand la première, par ses méthodes d’élevage industrielles, soulève certaines questions éthiques et exerce un impact écologique désastreux, les dernières, en captant l’azote présent dans l’air pour le restituer au sol, ont un rôle bénéfique pour l’environnement par la fertilisation des cultures.

Décorez vos étagères par de jolis bocaux en verre

Une bonne façon de faire des économies lorsque l’on fait ses courses, c’est d’acheter des produits en vrac. D’abord, le prix au kg des produits vrac est souvent moins élevé que celui des produits emballés. Dans les magasins Biocoop par exemple, les produits vracs sont en moyenne 15% moins chers que leurs équivalents emballés4. Ensuite, vous n’achetez que la quantité qui vous est nécessaire : vous évitez donc tout gaspillage inutile. Enfin, en réduisant votre consommation d’emballages, de cartons ou de plastiques, vous agissez concrètement en faveur de la protection de notre planète. En effet, les sachets en papier consomment 8 fois plus d’eau à la production que leurs homologues plastiques et émettent du méthane s’ils se dégradent sans être compostés5. Papier ou plastique, le plus écologique est de réduire sa consommation de sachets à usage unique, et la pollution y étant associée !

Des bocaux en verre permettent de consommer bio sans payer plus cher
Privilégiez les bocaux en verre : esthétiques ET écologiques

Tirez un trait sur le pain de mie

A poids égal, les aliments complets présentent 2 avantages face à leurs homologues raffinés : ils contiennent davantage de nutriments et sont plus rassasiants grâce à leur haute teneur en fibres. Par exemple, le riz complet contient 2.5 fois plus de fibres, 7 fois plus de magnésium et 3 fois plus de phosphore que le riz blanc6. A rapport nutritionnel égal, et même s’ils peuvent paraitre plus chers au kilogramme, les aliments complets se montrent ainsi moins onéreux.

Oubliez la ratatouille avant le mois de mai

Manger des fruits et légumes de saison permet de consommer la nourriture quand celle-ci attend son plus haut niveau d’abondance (et donc son plus bas niveau de prix). Pour vous donner un exemple : en pleine saison de production, le kilogramme de tomate coûte en moyenne 1.5€ ; à contre saison, il peut facilement atteindre les 3€3. Aussi, les légumes de saison s’accordent beaucoup mieux à nos besoins nutritionnels. Si les tomates, concombres et melons sont juteux et nous désaltèrent en été, les potirons, châtaignes et choux sont plus caloriques et nous permettent de mieux passer l’hiver.

Faites connaissance avec votre maraîcher

S’il faut privilégier l’une des astuces pour manger bio sans payer plus cher, c’est bien la suivante : acheter au maximum en circuit court ! D’une pierre deux coups, vous limitez les surcoûts liés au passage des aliments par des intermédiaires (centrales d’achat ou supermarchés), tout en assurant une rémunération juste et maximum à son producteur. Il vous est même possible d’allier l’utile à l’agréable. Certaines fermes offrent la possibilité de récolter soi-même ses fruits et légumes !

Les circuits courts permettent de consommer bio sans payer plus cher
© Les Paniers de David, Nantes

Sortez vos tabliers

Notre dernier conseil réside dans le fait de cuisiner ce que l’on mange. Les 60 dernières années ont vu l’apparition des plats préparés et produits transformés qui occupent une part de plus en plus importante dans notre panier alimentaire (+ 4,4% par an en volume). De nos jours, nous passons 25% de temps en moins à cuisiner et prenons de moins en moins nos repas à la maison par rapport au milieu du 20ème siècle. Or, manger des plats préparés à la maison ou hors de chez soi coûte cher. Par exemple, quand 1 kilogramme de pommes de terre bio coûte en moyenne 1,15€, les flocons de pommes de terre peuvent en coûter jusqu’à 14€3. Acheter moins de produits transformés permet de réaliser de sacrées économies ; mais cela implique néanmoins de passer plus de temps à cuisiner. Alors, soyons inventifs et cuisinons !

Cultures et Compagnies croit sincérement en la transition alimentaire française des prochaines années. La crise que nous subissons doit servir d’accelérateur pour ce mouvement de résilience. Nous sommes convaincus que les consommateurs ont le pouvoir entre leurs mains. Avec les 6 astuces pour manger bio sans payer plus cher que nous vous partageons, vous n’avez plus d’excuse pour ne pas vous y mettre !


[1] S. Girollet “ L’enquête prix bio” – UFC Que Choisir (juillet 2017)

[2] INSEE, Cinquante ans de consommation alimentaire : une croissance modérée, mais de profonds changements, 2017

[3] France Agri Mer – Réseau des nouvelles des marchés

[4] D. Denuit “Conso : acheter en vrac, ça vaut le coût?” – Le Parisien (28 septembre 2017)

[5] Terra Eco “Le match du jour : sac plastique ou sac papier ?” – Le Monde (3 décembre 2009)

[6] J. Menet “Riz blanc / riz complet : comparaison nutritionnelle” – Le Nutriscope (22 novembre 2017)

Laisser un commentaire

Fermer le menu